Le village perché
de Roussillon

Station d’épuration FPR de 1250 Eh pour la commune de Roussillon dans le Vaucluse

Mise en service en 1998

Il s’en est fallu de peu

Le village de Roussillon en Vaucluse est connu dans le vaste monde pour la beauté de ses ocres et dans le microcosme de l’assainissement pour sa station d’épuration, une des toute premières exploitant un procédé qui allait bouleverser le paysage des communes rurales de France et d’Europe, le filtre planté de roseaux. […] La symbiose est si frappante entre falaises et roseaux qu’on se demande si Dieu, ayant créé les ocres, n’a pas déposé ensuite dans l’esprit de chercheurs allemands, puis français, le germe du filtre planté. Surtout quand on sait à quoi les falaises ont échappé, et de très peu : aux bassins et aux silos en béton d’une station par boues activées*, le procédé passe-partout des multinationales de l’eau.[…]

L’ADMINISTRATION DE L’EAU
La gestion administrative de l’eau a évolué depuis le temps de M. Daumen, et pas dans le sens de la simplification. Les Directions départementales de l’équipement-DDE et les Directions départementales de l’agriculture et de la forêt-DDAF ont fusionné (douloureusement) au sein des Directions départementales des territoires (et de la mer)-DDT(M)*. Sur le plan réglementaire, l’interlocuteur privilégié est toujours la Mission interservices de l’eau-MISE*… […]

Le droit régalien

L’assainissement, au sens de la dépollution des eaux usées, est une activité complexe, au chiffre d’affaire considérable (17 milliards d’euros et plus de 112 000 emplois en France en 2010 pour les entreprises de l’eau et de l’assainissement, 25 milliards en 2013), que l’Etat, peut-être de ce fait, entend contrôler à tous ses niveaux : au niveau technique à travers ses propres centres de recherche (les laboratoires des facultés, l’IRSTEA au ministère de l’Agriculture, l’ANVAR au ministère de l’industrie…) ; au niveau économique par le Code des marchés publics-CMP* et le jugement des contentieux ; au niveau de l’environnement via les arrêtés d’autorisation de rejet et le contrôle de leur application, au niveau budgétaire par le biais des programmes de financement des agences de l’eau. Le contrôle est indispensable pour limiter les excès d’un secteur gagné à une éthique de profit maximum…

L’ECOLE FRANCAISE DE L’EAU
L’affrontement de l’intensif et de l’extensif pour le contrat minuscule de la station de Roussillon illustre les ambitions, et les méthodes, de « L’école française de l’eau », objet mal identifié, au croisement de la doctrine économique, du concept publicitaire, de l’appellation contrôlée et du slogan commercial, forgé par les majors de l’eau pour mobiliser les moyens publics autour d’un programme d’expansion planétaire. […]

Acheter les "histoires d'eau"

Commande en ligne chez l'éditeur